waterpolo-online.com
 

Un saut dans l’inconnu mais nous y allons quand même !

Les Black Waves, l’équipe nationale féminine de Waterpolo part ce weekend pour la première fois depuis la fin des années 80 à un tournoi sur la scène internationale. Le coach, Stefan Damman part avec son équipe à l’EUNations Cup. Brno (Tchéquie)

Tout s’est passé rapidement pour cette constitution des Black Waves. Directement après la rupture avec le coach espagnol Hernandez, la recherche pour un nouveau coach débuta.  Les fédérations arrivèrent chez Stefan Damman, le président de MZV Eeklo.

Stefan Damman : mon cœur bat pour le waterpolo et je dis depuis des années que nous avons une noyau de filles très talentueuses avec lesquelles nous ne travaillons pas assez.

Daman reçu le soutien de son collègue gantois- président Koen Colpaert. Il endosse le rôle de team manager. 2 entrainements de sélections furent organisés, et c’est comme ça que le duo arriva à une sélection de 15 joueuses, 13 du noyau et 2 réserves.

Stefan Damman : La sélection est faite sur base de 6 certitudes, dont je connais très bien les qualités. Autour de ça, nous cherchions des joueuses homogènes qui avaient l’envie d’y aller à fond. On arriva alors à 6 joueuses de KGZV, 4 de MZV, 3 de Calypso, 1 joueuse d’Anvers et 1 personne qui joue dans la division irlandaise.

Beaucoup de travail a été effectué ces dernières semaines avec cette sélection. L’équipe est parti en stage à Oostende, ont joué contre la renommé équipe de Rijsel et fini avec un stage de 2 jours aux Pays-Bas. Là-bas, l’équipe des Black-Waves a joué contre la sélection Dames de WOC Sud et contre Jeune Orange.

Koen Colpaert : Ces matchs se sont plutôt bien déroulés. Même contre Rijsel et Jeune Orange, nos Black Waves ont réussi à livrer une forte prestation. Nous avons même gagné contre Rijsel. L’ambiance dans le groupe est aussi très bonne. Tout le monde se bat pour chaque balle et pour les autres. Le groupe a envie de ce défi, ça se voit tout de suite !

Stefan Damman : La force de ce noyau est en même temps sa faiblesse. C’est une totale nouvelle aventure pour tout le monde et l’enthousiasme est très grand. Naturellement, nous sommes inexpérimentés pour de tels évènements et je suis curieux de savoir comment la plupart saura gérer ceci. Comme déjà dis, nous avons une génération très forte, mais nous n’avons aucune comparaison de valeur…

Concernant les adversaires, tant le coach que le manager sont d’accord entre eux. L’Afrique du Sud semble être une équipe très forte. Mais les belges ne les connaissent que via quelques vidéos youtube. L’avantage des Black-Waves est aussi justement qu’elles sont totalement inconnues. Les adversaires n’ont donc pas pu les analyser  à l’avance. Les filles y vont donc à fond pour le défi ! Tout le monde est content de faire partie d’une équipe qui depuis 30 ans n’a plus participée à un tournoi au niveau international. Elles sont aussi fières de pouvoir défendre nos couleurs. Les attentes du coach Damman sont claires :

Stefan Damman : Concernant les prestations, j’aimerai beaucoup attendre la demie-finale, plus ne serait que du bonus. Je veux que le groupe rentre à la maison avec un super sentiment et qu’elles disent : «  la Belgique n’est pas si mauvaise au final ».  J’en ai moi-même la certitude la dedans !